Cycle de la Lune

Rythmes lunaires et le «vivant» (les travaux des pionnières)

night-2539411_1280 (2)
Image de Larisa Koshkina/ Pixabay

Le hasard a voulu que je parcours le livre de Ernst Zürcher (Les arbres entre visible et invisble) au moment de l’entrée de la planète Uranus dans le signe du Taureau. Le chapitre sur la chronobiologie se termine par le constat que le facteur «temps» (cycle) constitue une composante environnementale essentielle qui permettra de développer des biotechnologies qui permettront aux organismes vivants d’atteindre la pleine expression de leur potentiel. 

De part le vaste monde et depuis toujours, les jardiniers, les paysans, les bûcherons et les artisans observent qu’en plus du rythme des saisons (de nature solaire du point de vue géocentrique), les cycles lunaires influencent la croissance, les structures, les propriétés et même certaines qualités des plantes.

Comme le cycle soli-lunaire me passionne depuis longtemps (mais plutôt dans une perspective développementale psycho-spirituelle), j’ai eu envie de faire connaître le travail de trois pionnières (oui, des femmes!); Elizabeth Semmens (1923), Lili Kolisko (1927-1935) et Maria Thun (années 50);

  • L’une des premières recherches menées sur le rapport des plantes aux rythmes lunaires selon des critères scientifiques, fut publiée en 1923 par Elizabeth Semmens. Citée dans la célèbre revue Nature (en 1947), la chercheuse a démontré que la germination de graines de moutarde était fortement accélérée par l’effet de la lumière lunaire à certains moments du cycle.
  • La chercheuse Lili Kolisko a pour sa part, mit en évidence des variations de la croissance des plantes en fonction du rythme synodique lunaire (cycle soli-lunaire); «Les graines d’espèces maraîchères, florales et céréalières semées deux jours avant la pleine Lune eurent une meilleure germination, une croissance plus forte, formèrent des inflorescences plus nombreuses et fournirent une meilleure récolte que les graines semées deux jours avant la nouvelle Lune.»  À partir de ces recherches, il était devenu évident que la phase lunaire au moment du semis joue un rôle important pour l’ensemble du cycle végétal qui s’ensuit, soit la germination, la croissance, la floraison et la fructification.
  • Les travaux de Maria Thun  dans les années 50 ne furent pas l’objet de publications selon les standards scientifiques actuels (dans un domaine associé aux hommes, pareille omission ne surprend guère). La chercheuse s’est contenté d’éditer annuellement un «Calendrier des semis» apprécié par de nombreux jardiniers. Ses travaux ont toutefois permis de classer le style de croissance des plantes en quatre différents types (racine, feuille, fleur, fruit), en fonction de la position de la Lune dans le zodiaque. 

Référence : Ernst Zürcher. Les arbres entre visible et invisible. Éd.: Actes Sud, 2016.

 

440px-TerreOrbiteLune.fw
Les 8 phases de la Lune (Wikipédia)

 

 

(Photo de gauche : Maria Thun / Photo de droite : Lili Kolisko)

Il est intéressant de constater que Maria Thun, considérée comme une autorité en matière d’agriculture biodynamique, soit née sous le Signe du Taureau (avec le Soleil conjoint Mercure et Vénus dans ce signe). Signe associé à la nature et à l’agriculture.

« L’agriculture biodynamique est une agriculture assurant la santé du sol et des plantes pour procurer une alimentation saine aux animaux et aux Hommes. Elle se base sur une profonde compréhension des lois du « vivant » acquise par une vision qualitative/globale de la nature. Elle considère que la nature est actuellement tellement dégradée qu’elle n’est plus capable de se guérir elle-même et qu’il est nécessaire de redonner au sol sa vitalité féconde indispensable à la santé des plantes, des animaux et des Hommes grâce à des procédés « thérapeutiques ». »

https://www.bio-dynamie.org/biodynamie/presentation/

 

(Carte du ciel de Maria Thun telle que disponible dans Astro.com )

800px-Thun_maria_radix_hypoth

Des recherches plus récentes ont également démontré l’évidence d’une rythmicité hebdomadaire, par quartiers lunaires, dans laquelle domine la période qui précède la Pleine Lune (donc la Lune Gibbeuse). Ce qui réitère la validité des travaux de Lili Kolisko. Les semis d’avant la pleine Lune (donc durant la phase croissante) donne un meilleur résultat que ceux de la phase décroissante. Nous devons «semer» en Lune Croissante et «clairsemer» en Lune Décroissante. 🙂

La période de la Lune décroissante est considérée comme la plus favorable pour l’abattage d’arbres donnant un bois de construction durable, résistant aux insectes et aux champignons. Plus générales encore sont les règles empiriques selon lesquelles la germination et la croissance des plantes cultivées peuvent être favorisées par le fait de tenir compte de certaines phases ou positions astronomiques de la Lune lors du semis.» (Ernst Zürcher)

 

Pour revenir à l’astrologie…

J’ai consacré plusieurs articles sur le cycle Soli-lunaire sur ce blog. La phase de la lunaison qui nous voit naître est un élément très important dont il faut tenir compte lors de l’analyse de la carte du ciel natale. La phase lunaire de la naissance exprime l’essence de notre personnalité de même qu’elle offre des pistes intéressantes sur la nature de notre mission de vie. Toute la vie, nous demeurons sensibles à la phase lunaire de naissance. Également, le cycle de lunaison progressée est aussi extrêmement important pour situer notre développement et notre épanouissement dans une perspective élargie (cycles de 29 ans).

Notre jour de naissance dans la lunaison peut être le fait d’une expérience concrète, simple et répétée chaque mois. Ceci nous permet de sentir fréquemment et visiblement notre accord au grand rythme de la vie. (Dane Rudhyar)

Voici une liste des articles publiés sur ASTRAUM sur le sujet :

Phase de lunaison; notre participation au grand rythme de la vie

La nouvelle lune, une lampe magique?

L’arbre, la croissance et la récolte (cycle de lunaison progressée) 

Mort et Renaissance (cycle de lunaison progressée)

Le rapport Soli-lunaire personnalisé 

©MGemme, 2019.

 

 

Publicités

5 réflexions au sujet de “Rythmes lunaires et le «vivant» (les travaux des pionnières)”

  1. Je crois que pour les arbres il s’agit d’une question de montée ou de descente de sève. Les « anciens » dans les campagnes savaient cela, un bois pour la construction coupé au bon moment n’avait pas besoin de traitement (pour être plus solide, pour éviter les parasites, ne pas être piqué par les vers), et le constat était fait également pour le bois de chauffe (se consomme plus ou moins vite en fonction de la lune au moment de la coupe). Effectivement, je crois qu’ils coupaient plutôt le bois en « sève descendante », en « vieille lune » soit j’imagine en Lune décroissante.
    Mon grand-père coupait ses cheveux en nouvelle Lune, pour maintenir une chevelure épaisse et en bonne santé.
    Il existe des calendriers pour jardiner avec la Lune. Et de plus en plus, grâce aux astrologues et à leurs publications, aussi des agendas pour vivre en tant qu’humain aussi avec la Lune. Merci Manon !

    1. Oui. La question de la montée de sève y est pour beaucoup. En fait, on réalise que l’effet de la Lune agit sur tous les liquides (l’eau (la mer), la lymphe ou le sang (chez les êtres vivants). Bon, il y a aussi plusieurs études sur l’effet de la Lune et les hormones (que ce soit chez les humains ou les animaux). Nos grand-parents avaient ce lien avec la nature que nous avons (pour une grande proportion), perdu. Oui, il y a des astrologues qui conçoivent même des agendas pour utiliser les phases de la Lune!!! (Moi! 😀 ) Merci Lisou!

      1. Et en plus il est très beau votre agenda !
        Cet article m’a menée vers un autre où je me découvre une Lune premier quartier et donc en « combattante » (120° d’écart après le Soleil), ça alors ! (je me croyais plus sage et résiliente, pour un ascendant Balance, c’est difficile à concevoir !) Mais cette information tombe bien, et me parle effectivement. Quand je me déciderai à consulter un astrologue, se sera vous 🙂
        Par rapport aux hormones, cela m’a fait songer à une petite chose : j’ai des allergies et produit donc beaucoup d’histamine, la Lune premier quartier a besoin d’adrénaline (antidote de l’histamine, et inversement).

      2. Merci Lisou! Vous avez quand même la chance que vos luminaires soient à 120 degrés d’écart. C’est donc un Premier Quartier « adoucit ». 🙂 Merci à l’énergie du Trigone (Lune et Soleil partagent-ils le même Élément? ).

  2. Ah oui, trigone… Et oui, les deux sont en Terre (fin Vierge pour Soleil, fin Capricorne pour la Lune, conjointe Cérès). Cette Lune forme beaucoup d’aspects avec beaucoup d’astres, pas de carrés ni d’opposition, ,pourtant, elle est un mystère quand même.
    (C’est l’occasion de préciser que j’ai fait un raccourci trop rapide dans le commentaire précédent concernant les liens histamine/adrenaline, c’est une chimie plus complexe que cela en réalité.)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s